Topsante.org

La santé pour tous !

Une équipe de 17 chercheurs à essayer de comprendre l'origine des métastases et de trouver un moyen de les prévenir pendant une étude qui a duré cinq ans. La revue Cell Reports a publié les résultats de leurs recherches et à révéler que ces derniers avaient identifié des éléments qui pourraient prévenir l'apparition et le développement des métastases.

 Pierre Sonveaux, qui a dirigé cette étude, a affirmé: «Nous pouvons être fiers,car nous sommes les premiers, au niveau mondial, à avoir identifié une voie qui est responsable des métastases.»

Pendant des années les chercheurs ont analysé des cellules cancéreuses et ont révélé qu'elles libéraient un déchet appelé le superoxyde: «Et nous avons imaginé qu'il était possible d'inactiver le superoxyde afin de bloquer les métastases.»

Des tests réalisés sur les souris : Pierre Sonveaux a indiqué: «Nous avons testé notre traitement sur la souris, dans des modèles de mélanomes - ces tumeurs de la peau induites par des expositions au soleil - Nous avons pu bloquer les métastases grâce à un traitement qui inactive le superoxyde.»

Les résultats ne se sont pas faits attendre: les injections quotidiennes de ce traitement ont permis de prévenir les variations des métastases et cela après avoir inhibé le superoxyde.

L'homme bientôt bénéficiaire de ce traitement : Des sociétés font de ce type ont décidé de diriger les tests cliniques plus qu'ils sont déjà en possession des molécules nécessaires : «Les composés, qui ont donné des résultats probants lors de nos tests, existaient déjà. Ils appartiennent à des groupes pharmaceutiques, qui les testent actuellement en phase 2 pour traiter la maladie de Parkinson ou l'hépatite C,ajoute Pierre Sonveaux.

Nous savons donc que ces molécules ne sont pas toxiques pour l'homme. Cela ouvre la porte à une éventuelle validation relativement rapide d'un traitement préventif qui bloquerait les métastases cancéreuses humaines.»

Scroll to top