Topsante.org

La santé pour tous !

Aujourd'hui, les parents lancent à leurs enfants : « Ne mets donc pas si fort ton MP3 ! » L'iPod et les raves parties ont succédé au walkman et aux boums. Avec quelques décibels en plus.

 Les risques de provoquer des lésions irréversibles à nos petites oreilles sont bien réels. Des spécialistes l'ont rappelé : 

«Chaque exposition au bruit excessif réduit le capital cellulaire (de notre oreille).La musique amplifiée cause des dommages insidieux, car tout semble rentrer dans l'ordre le lendemain » , explique le Professeur Rémy Pujol, coauteur d'un Guide de l'audition. « Faussement rassuré, le jeune se réexpose au traumatisme et le cumul entame irrémédiablement son capital sensoriel : cela peut aboutir vers les 35-40 ans à une audition de personnes âgées de 80 ou 90 ans ».

Nous naissons avec un capital de 18 000 cellules neuro-sensorielles dans l'oreille, un capital « mature au troisième ou quatrième mois de la vie fœtale et qui ne se régénère pas », explique Frédérique Vignault, audioprothésiste.

« Une onde sonore trop intense provoque un véritable tsunami dans l'oreille interne composée de petites cellules qui baignent dans du liquide », explique la spécialiste. « Une exposition de plus de trois heures à un son trop fort en boîte ou au concert peut entraîner une dégradation importante, ou des acouphènes qui se manifestent par des sifflements ». Les musiciens de rock le savent bien, qui jouent live avec des bouchons d'oreille. Même en classique, on se protège contre les effets d'un coup de cymbale ou de trompette trop virulent. Reste que nous sommes inégaux devant la résistance de l'oreille interne. C'est peut-être pour ça que l'auteur de cet article n'est pas devenu sourd malgré les avertissements de ses parents.

Scroll to top