Topsante.org

La santé pour tous !

Tags: Psycho  

Lorsque le garçon devient adolescent, il se retrouve la plupart du temps tout seul pour jouer avec ses fantasmes et se créer son propre décor sexuel où il se peut pratiquer ce qu’on appelle la masturbation ou l’auto sexualité pour certains.

Il est évident que cette étape de la vie d’un homme est inévitable et constitue une découverte de la sexualité d’une manière autonome qui tend tout d’abord à vérifier la fertilité d’un homme, sa capacité à produire du sperme ou encore à jouir de ce moment lorsqu’il ne peut pas le faire avec un partenaire du sexe opposé.

La masturbation est réprouvée et sa pratique représente une alternative de beaucoup de jeunes garçons qui préfèrent s’oublier dans les fantasmes des célébrités du X au lieu de chercher une fille convenable.

La question qui pose alors est de savoir s’il y a véritablement un danger dans la masturbation ?

Absolument aucun, et cela est un constat médical pour contrer toutes les rumeurs autour de ce sujet qui tend à dire que les adolescents qui se sont masturbés durant cette période ont du altérer la qualité du sperme, sa quantité et la performance sexuelle d’un homme durant le coït.
En fait, aucun impact, ni physiologique ni psychologique, est une conséquence directe de la pratique de la masturbation lorsqu’elle est juste sporadique et irrégulière durant une période précise de la vie d’un homme.
Par contre, lorsque la masturbation devient une obsession et un besoin continu, force est d’observer des états d’anxiété permanents liés à un manque de socialisation, un repli sur la personne qui devient un peu éloigné du monde qui l’entoure et ne trouvant que cette pratique pour calmer cette douleur sociale.
A la limite, l’inhibition sexuelle est la pire des choses qui peut arriver à un obsédé de la masturbation dans la mesure où il ne ressent plus de désir pour des filles charnellement et ne trouve que l’image pour attiser ce plaisir et en jouir à distance.

Source astucesnaturelles

Scroll to top