Topsante.org

La santé pour tous !

Audrey Loving est une jeune maman de 24 ans qui vit avec sa fille, Riley, en Virginie. Audrey, qui s’est mariée très jeune, est séparée du papa de sa fille qui passe régulièrement les voir. La petite Riley passe également du temps avec la nouvelle petite amie de son père, Whitney. 

 Audrey a décidé d’honorer cette maman suppléante et de lui rendre hommage, en rédigeant une lettre ouverte sur Facebook. Son message est immédiatement devenu viral et a beaucoup touché et ému un grand nombre de personnes :

« Voici la copine du père de ma fille. C’est une femme très douce et je lui suis énormément reconnaissante, parce que quand ma fille rend visite à son père, elle la nourrit, prend soin d’elle, lui achète des cadeaux, bref elle l’aime comme si c’était sa propre fille. Pourquoi faudrait-il que je sois jalouse et pleine de dédain, comme tant de mères le sont envers d’autres femmes ? PERSONNE n’a dit que c’était facile d’essayer d’être la mère d’un enfant qui n’est pas le sien. Alors, quand vous voyez quelqu’un qui essaye vraiment, ne la repoussez pas ! Parce qu’elles n’ont PAS besoin d’une difficulté en plus dans leur vie, elles s’en IRONT et là, vous serez coincée avec une véritable belle-mère diabolique, une authentique marâtre de conte de fées. Oui, elles existent! J’en vois, de partout! Un enfant peut avoir deux mères, parce qu’à mes yeux, plus il y a de personnes à aimer ma fille, mieux c’est ! Jamais je ne voudrais qu’elle se sente comme une étrangère à la famille, je suis extrêmement heureuse qu’elle soit là. Aimez plus, détestez moins ! »

Il faut dire que la jeune femme a le bénéfice de l’expérience, car elle est elle-même issue d’une famille recomposée. Elle explique à l’édition américaine du Huffington Post que le fait d’avoir grandi avec des beaux-parents lui a appris beaucoup sur l’amour, et sur le fait d’être un parent de manière mature et responsable.

« En grandissant, je n’ai jamais entendu de choses négatives à propos des autres parents, dit-elle encore à nos confrères. Ils m’ont élevée avec mes demi-sœurs, de la bonne manière et ce sont ces choses qu’ils m’ont enseignées que je conserve. Tout part de là. »

Ce n’est pas facile de partager son enfant avec quelqu’un d’autre, et réagir de cette manière demande une belle dose de maturité, d’intelligence et d’amour. « Aujourd’hui, je suis simplement heureuse qu’une autre personne aime ma fille et qu’elle fasse tant de choses pour elle. »
Scroll to top