Topsante.org

La santé pour tous !

Des études antérieures publiées sur le sujet démontraient également que les femmes ont tendance à être plus altruistes que les hommes. Comme le note Philippe Tobler, co-auteur de la nouvelle étude, « les femmes accordent une valeur plus subjective au comportement prosocial et les hommes trouvent plus précieux le comportement égoïste ».

 À la recherche de réponses pour expliquer pourquoi les femmes et les hommes ne sont pas égoïstes de manière égale, lui et ses collègues se sont concentrés sur le système dopaminergique :

La dopamine, qui joue un rôle fondamental dans le système de récompense du cerveau, est libérée pendant les moments de plaisir, mais elle nous aide aussi à traiter nos valeurs. Cette capacité mentale transpire au sein de la machinerie cérébrale connue sous le nom de striatum.  Le striatum est filé avec des fibres qui reçoivent et transmettent des signaux du cortex cérébral, du thalamus et d’autres régions cérébrales.

L’étude comportementale : Tobler et ses collègues ont conçu une série d’expériences pour tester comment la dopamine pourrait influencer le comportement des hommes et des femmes. Cinquante-six participants masculins et féminins ont fait des choix entre partager une récompense financière avec d’autres ou garder l’argent pour eux-mêmes. Ayant seulement reçu un placebo avant de prendre des décisions, les femmes ont agi moins égoïstement que les hommes, choisissant de partager leur argent avec les autres. Cependant, lorsque leurs systèmes de dopamine ont été perturbés après avoir reçu un médicament appelé amisulpride, les femmes ont agi plus égoïstement, tandis que les hommes sont devenus plus généreux. L’amisulpride est un antipsychotique normalement utilisé pour traiter les symptômes de la schizophrénie.

« Sur la base des priorités opposées des genres, interférer avec le système de dopamine a des effets opposés », a déclaré Tobler.

Dans une seconde expérience, les chercheurs ont utilisé l’IRM fonctionnelle pour étudier les changements dans le cerveau, tandis que huit participantes et neuf participants masculins ont fait des choix. Par rapport aux hommes, le striatum chez les femmes a montré plus d’activité quand ils ont pris une décision prosociale.

Selon Anne Z. Murphy, professeure agrégée en neurosciences à l’Université d’État de Géorgie, d’autres recherches ont montré que « les femmes sont plus prosociales. Nous trouvons cela plus gratifiant, et si vous manipulez la signalisation dopaminergique dans le cerveau, vous pouvez rendre les femmes moins prosociales et les hommes moins égoïstes. »

Source: astucesnaturelles

Scroll to top