Topsante.org

La santé pour tous !

Tags: Santé  

Des chercheurs français ont réussi à détecter les cellules où se cache discrètement le virus latent.

 Aucun médicament ne permet pour le moment d’éliminer totalement le VIH (le virus responsable du Sida) chez un malade. Car si les tri thérapies permettent de contrôler l’infection, elles n’entraînent pas l’extermination totale du virus. Celui-ci peut se cacher pendant plusieurs dizaines d’années dans des cellules de l’organisme, les cellules «réservoirs», échappant ainsi à la réponse immunitaire et aux traitements.

Jusqu’à maintenant, il n’existait aucun moyen de repérer ces cellules, hôtes silencieuses du virus. Pour la première fois, des chercheurs français ont identifié un marqueur qui permet de les reconnaître, et qui permettra, un jour peut-être, de les éradiquer. Leur découverte, fruit de cinq années de travail, a été dévoilée mercredi dans la prestigieuse revue Nature .

«Nous savions que ces cellules réservoirs existaient et qu’il y en avait une sur un million. Ce sont des cellules du système immunitaire, les lymphocytes T CD4. Par contre, nous étions incapables de les identifier, expliquent Benjamin Descours et Gaël Petitjean, coauteurs de l’étude et chercheurs au département de virologie moléculaire, dirigé par le Pr Monsef Benkirane, au CNRS de Montpellier. Désormais, nous connaissons un marqueur, et plus précisément une protéine exprimée à la surface de ces cellules dormantes infectées, la protéine CD32.»

La découverte du marqueur : Tout a commencé en 2011, lorsque des chercheurs de ce même laboratoire ont montré comment infecter par le VIH les lymphocytes T CD4. «Après avoir infecté des lymphocytes, nous avons regardé quels gènes s’exprimaient par rapport à un lymphocyte sain. Nous avons sélectionné le gène qui s’exprimait le plus, c’est comme cela que nous avons découvert le gène codant le marqueur CD32», racontent les chercheurs.

Pour confirmer leurs résultats, ils ont analysé le sang de 12 patients vivant avec le VIH et sous trithérapie. «Grâce à des anticorps, nous avons isolé les cellules du sang exprimant le marqueur», poursuit Benjamin Descours. Résultat? Un nombre infime de lymphocytes T CD4 (0,0012%) exprimait la fameuse protéine CD32. Et la quasi-totalité de ces cellules était effectivement infectée par le virus. Pas de doute: ces cellules étaient bien des cellules réservoirs. Les chercheurs estiment qu’un malade atteint du VIH doit avoir quelque 4000 cellules réservoirs parmi les 4 milliards de lymphocytes CD4 T qui circulent dans les 5 litres de sang.

Reste à savoir si ce marqueur permet de reconnaître toutes les cellules réservoirs du corps ou si d’autres existent et diffèrent selon les parties du corps. «Le sang contient 2% des lymphocytes de l’organisme et nous savons que la majorité des réservoirs se trouvent dans les tissus. Nos résultats sont une petite photographie d’une réalité mais nous ne savons pas s’ils sont représentatifs. Mais il nous est plus facile d’avoir accès au sang que de faire des biopsies de muscles ou d’organes», soulignent les chercheurs.

«À long terme, cette découverte devrait déboucher sur des stratégies thérapeutiques visant à éliminer le virus latent de l’organisme, affirme le Pr Benkirane. Mais la priorité est de comprendre comment fonctionnent ces réservoirs viraux».

 Source: lefigaro.fr

Scroll to top